Seules


Mon projet photographique mélange l’intime et l’universel ; je cherche à comprendre le sens du regard des jeunes femmes de maintenant qui semble ne pouvoir s’illuminer qu’à la lueur des technologies.


Ici, au cœur de la nuit, des petites touches de couleur peignent le visage des jeunes femmes aux multiples cultures pendant que leurs regards sans frontières s’évadent doucement dans un autre univers.


L’euphorie des nuances de coloris éclabousse sauvagement la déception terne de cette génération de nomades sans attache, coincée dans la nuit sombre où la solitude s’avère inévitable.


Dehors, la ville silencieuse s’orne de façades pour créer un décor feutré où nulle âme ne vit et personne à qui parler.


Dans un refuge confortable, focalisés sur des petits écrans lumineux aux aspects illusoires et utopiques, ces jeunes adultes délaissent quelques instants une réalité instable pendant que leurs pensées s’isolent et s’absentent.


Progressivement, les jeunes femmes semblent secrètement insatisfaites dans cette société qui prône un monde virtuel individualiste et un voyeurisme pervers ; tout ceci au détriment d’un développement personnel fondé sur le réel, les échanges et le partage.


Discrètement leurs esprits s’exilent dans un monde lointain ; elles se vivent comme étrangères dans une réalité douloureuse ; leurs corps errent lentement dans l’hexagone pour s’abandonner dans un éternel cocon. 

Using Format